Véronique Redon, une coach qui vise l’excellence

Le coaching peut se révéler utile pour le développement d’une personne ou d’une entreprise, afin d’analyser des objectifs et adopter la bonne stratégie sur le long terme.  Depuis deux ans, Véronique Redon accompagne des profils hétéroclites et livre des outils pour viser l’excellence. La motivation est l’une de ses spécialités. Nous l’avons interviewée afin d’en savoir plus sur ses techniques et sa vision de l’implication.

Un accompagnement permet de relâcher les tensions perturbatrices et de viser l’excellence.

Véronique Redon, en séance de coaching individuelle.

Véronique Redon, en séance de coaching individuelle.

Artiste, sportive et scientifique dans l’âme depuis de longues années, Véronique Redon s’est intéressée très tôt au déclencheur du succès, à l’état de flow et au dépassement de soi. Après une carrière en tant qu’ingénieure, au sein d’un groupe américain installé en France, adoptant la bienveillance, elle décide de se tourner vers de nouveaux challenges alliant communication, accompagnement et leadership.

Exerçant aujourd’hui son activité de coach dans la Ville Rose, elle accompagne des individus et des équipes vers une performance et un bien-être optimal. Étudiants, créateurs d’entreprise, chercheurs d’emploi, entrepreneurs, ou dirigeants se pressent de plus en plus à la porte. « Je propose des séances individuelles pour travailler sur le leadership et la prise de décision, ainsi que des master mind qui consistent à regrouper des profils complémentaires et des objectifs similaires afin d’entrevoir de nouvelles perspectives. Ces séances s’adressent principalement aux dirigeants. L’objectif est de faire émuler la science neuronale, de manière collective », sourit-elle.

Le plaisir, la foi et l’objectif

Ayant suivi une formation ISQ OPQF, la coach met un point d’honneur aux études neuroscientifiques et s’appuie sur une communauté de chercheurs pour affiner ses méthodes.  Pour elle, tout se joue essentiellement au niveau neuronal. D’ailleurs, l’un des sens les plus marqués chez l’humain est, à priori, l’aspect visuel« Il s’agit de travailler sur des déclencheurs à l’intérieur de soi qui permettent d’activer la performance. Le visuel en est un et il entraine souvent le plaisir. Et l’accomplissement des actions passe indéniablement par le plaisir, la foi et la définition juste de l’objectif ». Ces trois axes de travail seraient ainsi des facteurs d’excellence et une source de motivation.

Cependant, la clé du succès ne relève pas d’une recette universelle, mais bien d’une recette individuelle, à travers quelques méthodes connues. « Par exemple, grâce à des exercices de méditation ou de PNL, j’invite chaque personne à comprendre son fonctionnement et parvenir à une libération mentale. L’objectif devient alors plus atteignable. J’utilise aussi des techniques très rapides qui rapprochent le ressenti du réel pour créer un lien entre la partie consciente et inconsciente. L’idée est d’accéder à la partie inconsciente rapidement pour reprogrammer sa relation à soi et sa relation à son objectif. Cependant, chaque personne est différente », insiste-t-elle.

Véronique Redon en séance de coaching

Master Mind orchestré par Véronique Redon, à Toulouse. ©Lucie Paimblanc

Le flow, un moyen d’apporter du bonheur au travail

Qu’en est–il de l’entreprise ? Dans cet environnement, le manque d’implication provient souvent d’objectifs mal identifiés ou mal distribués, provoquant ainsi des conflits. Selon la coach, un bon manager sait trouver les sources de talents et déterminer le moment idéal pour tirer le meilleur de ses collaborateurs, outre la responsabilisation. Il est à l’écoute de la progression individuelle « L’équipe sera d’autant plus performante si le manager transmet correctement sa vision. Cette bonne communication, couplée à la bienveillance, apporte motivation et plaisir. Enfin, un manager doit comprendre la source d’avancement de ses collaborateurs et aussi leurs visions à long terme », explique-t-elle.

Parfois, dans un contexte idéal, l’état de flow peut même se déclencher. L’entrepreneuse l’a d’ailleurs vécu elle-même « Je l’ai ressenti en tant qu’artiste et aussi lors de mon expérience passée au sein d’une entreprise où l’engagement était très fort, sans pour autant à l’époque mettre un mot dessus. Je me sentais alignée, totalement investie. Tout prenait sens ». L’état de flow, c’est lorsque « tout coule ». L’esprit rationnel est alors en fusion avec la partie émotionnelle et permet une fluidité dans l’action. Selon une étude menée par la Fabrique Spinoza et les résultats de Charles-Henri Amherdt, spécialiste de la santé émotionnelle, seuls 15 à 20% des individus expérimenteraient le flow de manière quotidienne tandis que près d’un quart de la population ne l’aurait jamais vécu. Les personnes l’ayant ressenti évoquent « un état psychologique synonyme de plaisir lorsque le défi de la situation correspond à leurs capacités ou est légèrement supérieur aux aptitudes qu’ils croient posséder ». Recourir au flow représenterait un moyen d’éviter le burn-out, et serait une solution pour apporter plus de bonheur au travail. Mais pour parvenir à ce résultat, certaines entreprises doivent accepter un changement de paradigmes.

Un changement sans vision ne peut pas fonctionner.

La peur du changement

La peur du changement représente souvent un frein dans l’évolution personnelle ou collective : « Cela implique d’admettre qu’il y a un autre fonctionnement, de changer ses croyances. Cela amène à un inconfort, à un effort mental mais cet état peut être gommé par l’objectif. Un changement sans vision ne peut pas fonctionner », affirme Véronique Redon. Au sein d’une entreprise qu’elle a bien connu, un changement concernant l’utilisation d’un outil a fonctionné grâce au suivi : « Nous avons eu des formations en petits groupes et différents responsables ont été nommés pour l’intégration ou la manipulation. Quand on responsabilise les gens par rapport à un changement, ils se sentent les guerriers de l’aventure », conclue-telleEt en éloignant les tensions perturbatrices, la coach, à sa manière, aide ainsi ses clients à devenir des leaders et à être responsables de leur bien-être.


Commenter l'article